• contactcapricornes

Objectif, Team France

Les 19 et 20 septembre, deux de nos Capricornes, David et Victor ont tentés les épreuves de sélection en équipe de France de Flag dans l’optique de la participation aux World Games en 2022.

Victor nous raconte son expérience sans filtre sur ces 2 journées.

« Mes objectifs premiers à être candidat à la sélection étaient clairs ! Outre la volonté de faire parti de l’équipe, c’est l’envie d’avoir un défi sportif, se dépasser et se confronter à l’élite du flag français. Et en parallèle, accumuler le maximum de conseils, d’apprentissages de nouvelles techniques physiques et mentales ».

C’est par ces mots que Victor commence l’entretien et nous révèle son état d’esprit.

Il poursuit « 3 jours avant, j’étais plutôt serein. Mais, dès que nous avons reçu le mail de la fédération sur le déroulement des journées, une certaine pression est venue s’ajouter ».

Ils comprennent rapidement que les journées vont être intenses (9h30 - 17h30 pour le day 1, 9h - 16h pour le suivant avec 1h de pause pour déjeuner le midi).


Pas d’entretien, que du sport !


Le mail leur indique les types d’épreuves qui seront proposés.

Entre autres L/T Test, 20/40 yards dash et une dizaine de tracés à connaître. L’interdiction de porter ses gants lors des sélections (protocole sanitaire oblige) rajoute un degrés de pression supplémentaire.

« Avec David, le jeudi soir, on a réalisé une répétition générale des futurs tests, sans forcer, répéter et bien exécuter les gestes, faire des réceptions sans gants. Le but était une dernière mise en confiance avant le départ. »

Justement, ce dernier s’opère le vendredi 18 après-midi, direction La Courneuve.

Victor me confie qu’ils sont plutôt excités par l’expérience « Le but est de prendre du kif et de sortir de notre quotidien ».

Arrivée à l’hôtel, pas de stress, les 2 amis se couchent après dîner.

Le samedi matin, nos 2 caps se réveillent tôt. Après un petit déjeuner frugal et rapide, ils se changent directement, les vestiaires n’étant pas accessibles (toujours par mesures sanitaires). ils sentent déjà la pression monter mais restent concentrés.

Dès l’arrivée au stade des Flash, ils sont accueillis par l’ensemble du staff dans des conditions extrêmement favorables. Pelouse et installations impeccables, prise de température à l’entrée, mise à disposition de gel hydroalcoolique, d’eau, de fruits ou de barres protéinées. Distribution de masques siglés « F » team France. « On nous a même proposé de désinfecter nos affaires entre les 2 jours ! ».


Victor enchaîne « Une fois entré, en observant les capacités athlétiques des autres candidats, on comprend que le level sera élevé. On croise des têtes connues comme Vasco des Taureaux de Ronchin ou Kaïss des Cobras, on discute, on plaisante, ça permet de faire retomber un peu la pression. »


La journée commence par un briefing du sélectionneur David Aze qui annonce tout de suite la couleur : « Prochaine étape, compétition internationale qualificative pour les World Games 2022. Normalement, ça doit suffire à votre motivation ! » Ok coach, message reçu !

Après un échauffement type foot US en ligne, les candidats sont séparés en ateliers avec coachs. Petites passes de face, minis-fades le long de la ligne de touche pour l’échauffement. Victor m’avoue « Ouf, pas de drops pour commencer, les premiers touchers sans gants nous rassurent, on est prêts, on est dedans, c’est parti ! ».

Les premiers tests se passent bien pour nos deux caps. « Tu es galvanisé par une super ambiance. Malgré la compétition entre les candidats, tout le monde t’encourage à pousser vers la performance ! » Victor continue « L’état d’esprit était très fraternel, cool. On est tous dans les mêmes difficultés, les mêmes épreuves, alors on s’entraide plutôt que l’on se chambre (même si ça peut chambrer quand même !) ».

Les résultats pour Victor aux premières épreuves sont moyennes selon lui, David s’en sort mieux niveau chrono. La matinée passe rapidement et les épreuves s’enchaînent dans un rythme très soutenu avec peu de temps morts.

Juste 2 passages pour chaque épreuve « ce qui peut laisser un arrière goût de frustration car on a toujours l’impression que l’on peut faire mieux au prochain chrono ! » témoigne Victor.

La pause déjeuner arrive, retour à l’hôtel et hop 14h sonne déjà !


Les prospects sont séparés par postes (QB, centres, rushers…) pour un échauffement spécialisé. Victor part avec le groupe des centres et bénéficie des conseils du coach.

« On est ensuite intégré à des équipes d’attaque où j’enchaîne les snaps et les tracés. Puis arrive les 1 contre 1, 1 attaquant, 1 défenseur, 1 QB où l’on donne son tracé à ce dernier » m’indiquer Victor.


Il m’avoue « Les premiers lancés se passent bien, je fais plutôt des tracés courts qui fonctionnent, j’arrive à creuser de la distance avec mon défenseur et à catcher, je suis en confiance. »

« Allez, je tente une corner sur un tracé plus long et manque de bol, je me retrouve face au cornerback de l’équipe de France de foot US… ça manque pas, je tente une feinte à laquelle il ne mord pas et anticipe le mouvement pour une interception…

Pas l’idéal pour moi ! »

Enfin, les joueurs sont répartis en équipe pour un mini-tournoi, 3 matchs avec un encadrant qui les évalue et leur donne aussi des conseils sur la pertinence des jeux à réaliser.

Initiative vraiment appréciée par les candidats.

Victor me confie « Tous les joueurs présents avaient un bon niveau, mais certains ressortaient déjà du lot ! Habituellement, j’arrive à esquiver pour gagner du terrain après la réception, ici, c’était impossible, je me faisais déflaguer dès le ballon en main... »

L’ensemble du mini-tournoi s’effectue toujours dans une très bonne ambiance, tout le monde s’encourage et se pousse vers la performance !

Les 3 matchs s’enchaînent et malgré la fatigue, Victor dresse un bilan positif de cette première journée. « J’étais satisfait, certains ont commencé à avoir des blessures pendant la journée, et même si on est pas les mieux armés physiquement, on a tenu la route ! On a appris des choses, l’ambiance était super, personne ne connaissait le club en arrivant, et on pu développer un peu sa notoriété au fil des discussions avec les autres. Je ne retiens que du positif ! »

Retour à l’hôtel, ils reconnaissent d’ailleurs certains prospects dans les couloirs !

« On a conscience qu’il va falloir encaisser les mêmes épreuves le lendemain alors on se détend, on ne parle plus flag pour la soirée ! » me dit Victor.


David blessé au genou les semaines précédentes commence à ressentir une gêne sérieuse en se refroidissant, ça sent pas bon mais on verra demain.

Après une nuit agitée, réveillé par un groupe de nanas énervé et bruyant, la mauvaise nouvelle tombe, David ne peut plus plier son genou et à du mal à marcher. Il est évident qu’il ne pourra pas effectuer cette seconde journée.

« Moralement, cela m’a affecté mais nous devions retourner au stade ! » me confie Victor.

Après un premier briefing matinal, de nouveaux drills sont proposés.

Sur l’exo des fades, Victor m’explique « Le coach nous a rappelé les techniques de réception vers l’extérieur. C’était le QB du dernier championnat d’Europe à Jérusalem. J’avais la pression pour la réception, mais j’ai rattrapé sa spirale parfaite avec la technique demandée, ouf ! »

Les ateliers s’enchaînent, toujours dans la même continuité de l’ambiance positive de la veille. Physiquement, ça monte encore en puissance, certains commencent à tirer la langue.

Avant la pause déjeuner, petite opposition, quelques jeux attaque / défense.

« Et sur 1 jeu, je me déchire en voulant déflaguer un attaquant, grosse douleur à la dernière phalange de l’index.» regrette Victor.

À la pause, il constate que la douleur reste, le doigt commence à gonfler et ajouté à l’absence de David, Victor doit se résoudre à arrêter à ce stade.

Il m’assure « J’étais forcement moins sûr de mes mains et je ne voulais pas prendre de risques d’aggravation de blessure pour la Coupe de France. »

Victor doit se résoudre à l’indiquer au staff et à rester avec David sur le bord du terrain pour regarder les matchs se dérouler.

« On a vu de belles choses, de supers appuis, ce côté run à éliminer les adversaires en un mouvement. Beaucoup de candidats provenaient du foot us et les blessures ont écrémé la masse, ne restait que le haut du niveau ! »

Nos 2 amis sont finalement partis vers 17h après le dernier briefing des 2 journées.

Victor me résume son bilan « Mission accomplie malgré la blessure. Je voulais me dépasser, arriver au bout de moi-même, me confronter au niveau élite et je n’ai pas été déçu par la difficulté de celui-ci !

J’ai appris des nouvelles techniques et des tracés plus courts que ceux réalisés habituellement en club. Je retiendrais surtout ce super esprit fun et bienveillant, de garder cette attitude cool que demeure la pratique du flag ! »


(À l'écriture de ces lignes, nos 2 prospects n'ont toujours pas reçus la réponse définitive de la sélection.)


Crédits Photos : French Gridiron - FFFA

Lien vidéo : https://www.facebook.com/frenchgridiron/posts/361954588508687